La réunion sur le climat préparatoire à la COP 23 à Bonn a pris fin jeudi 18 mai. On ne peut pas dire que le climat était à l‘optimisme. Entamé dans la crainte que les hésitations américaines démotivent les négociateurs, voire créent un effet domino sur certains pays, ce round s’est néanmoins terminé sur une volonté exprimée de "rester positifs". Méthode Coué ?

 

Le processus climatique restait de fait suspendu à la décision du président américain, n’ayant pas encore pris position à l’époque. Près de 50 pays parmi les plus vulnérables au changement climatique ont appelé à renforcer l'action mondiale contre le réchauffement planétaire et ont appelé toutes le nations à se retrouver dans cet état d’esprit lors de la COP 23 qui se tiendra à Fidji, dans le Pacifique, en novembre prochain.

- Les négociations sur le climat s’achèvent à Bonn (Sciences et Avenir)

  

L’heure est en effet à l’urgence. L'ensemble des indicateurs du réchauffement climatique est à un stade alarmant. La planète a battu en 2016 son 3e record annuel consécutif de chaleur, avec une température supérieure d'environ 1,1°C à la moyenne de l'ère pré-industrielle, selon l’Organisation météorologique mondiale. (OMM). Le 21e siècle compte déjà 16 des 17 années les plus chaudes depuis le début des mesures en 1880.

- Réchauffement climatique : tous les indicateurs sont au rouge (France 24)

 

L’urgence est d’autant plus forte qu’après avoir longtemps entretenu le suspense, le président américain Donald Trump a annoncé le 1er juin la sortie de l'accord de Paris sur le climat, isolant les Etats-Unis sur la scène internationale et semant la consternation parmi les 194 autres pays signataires de ce texte historique. 

- Climat : Trump quitte l'accord de Paris, consternation à travers le monde (TNTV)

 

À Tahiti, le président de l’Assemblée a réagi à l’annonce : « Nous regrettons que le Président des États-Unis n’ait pas plus de considérations pour les peuples des États insulaires du Pacifique (…) sa décision est un mauvais coup porté contre notre maison commune », a déclaré Marcel Tuihani.

- Accord de Paris : « Le retrait des États-Unis, un sale coup pour notre maison commune » selon Marcel Tuihani (TNTV)

 

 Le Pacifique est d'autant concerné qu'à la problématique du réchauffement climatique se rajoute celle de l'acidification des océans... L’intensification des émissions de gaz à effet de serre met à rude épreuve le milieu marin, victime d’une réaction chimique qui provoque son acidification, affecte sa biodiversité et présente des risques accrus d’événements climatiques ...  Les Nations unies au chevet des océans (Le Monde)

   

Ava-infos > News

  • Réchauffement climatique : la mise en garde se précise +

    La fin du mois d’août a vu la démission surprise du ministre français de la Transition écologique, Nicolas Hulot. Cet Découvrir
  • Des actions pour une société plus écologique et plus solidaire +

    Appels à projets, actions collectives et participatives, carrefours coopératifs, programmes de réinsertion, actions d’échange et de solidarité… le mois de Découvrir
  • Transports : des pistes pour moins de pollution et une circulation plus fluide +

    Après des « années noires », estiment les importateurs, le secteur a retrouvé un nouveau souffle. Les ventes ont été dopées par Découvrir
  • Environnement: sensibilisation à la complexité de la vie +

    Une part de l’éducation devrait avoir pour but d’amener les individus et les collectivités à saisir la complexité de l’environnement Découvrir
  • Bonne santé et environnement sain : deux conditions pour un développent vraiment "soutenable" +

    Une meilleure santé est «à la fois une condition préalable, le résultat et un indicateur des trois volets du développement Découvrir
  • Protection de la biodiversité : des défis à relever +

    La biodiversité offre des biens irremplaçables et indispensables à notre quotidien : l’oxygène, la nourriture, les médicaments et de nombreuses matières Découvrir
  • 1